Les ressources suivantes pourraient également vous intéresser…

  • La symphonie « Le Soir », de Haydn, s’inscrit dans un cycle de symphonies formant une trilogie. Après des détails sur la composition de l’œuvre, le texte de présentation donne les principales caractéristiques des mouvements qui la composent, et insiste tout particulièrement sur les instruments qui prennent un rôle soliste.
    Deux guides d’écoute (accessibles dans la marge de cette page) permettent d’écouter le concert et de visualiser la forme musicale des 1e et 3e mouvements tout en suivant la partition grâce à un curseur. La biographie du compositeur (elle aussi accessible dans la marge) vient en outre compléter le tout.
    (Cité de la musique)

  • Ces œuvres de l’entre-deux guerre témoignent du « cosmopolitisme enraciné » de Manuel de Falla et Igor Stravinsky. Bloqué en Suisse pendant la Première Guerre mondiale, Stravinsky se rappela d’un conte russe pour écrire avec Ramuz, écrivain de l’authenticité, un spectacle destiné aux lieux dénués d’opéra : L’Histoire du soldat. Le modeste soldat, confronté à des questions existentielles trop lourdes, doit recourir au diable.
    Inspiré du folklore d’Andalousie, L'Amour sorcier/ El amor brujo campe la gitane Candelas qui, séparée de son amant par ses soupirants morts, s’unit à lui par une autre forme de mal, la sorcellerie. Manuel de Falla transpose le flamenco dans l’ordre symphonique qu’il ouvre au théâtre et à la chanson.
    (Opéra Comique)

  • À partir du XIVe siècle, l'Italie voit l'apparition successive de deux formes de madrigal : la première ne dure que l'espace d'un siècle (de 1320 à 1420 environ), et la seconde naît au XVIe siècle (vers 1520). Le compositeur italien Claudio Monteverdi (1567-1643) apporte une contribution majeure à l'évolution du madrigal. De 1587 à 1638, il écrit environ 200 madrigaux.
    (Philharmonie de Paris)