Créateur

Datation

Sujet et thèmes

Discipline artistique

Aire géographique

École/Mouvement

Une remarque sur cette ressource? Contactez-nous !

Les ressources suivantes pourraient également vous intéresser…

  • Tragédie en musique en un prologue et cinq actes de Jean-Baptiste Lully. Poème de Philippe Quinault d’après Les Métamorphoses d’Ovide. Créé à l’Académie royale de musique le 27 avril 1673. Se détournant du modèle italien pour mieux séduire son public et son roi, Lully pose avec cette oeuvre, les bases de l’art lyrique français : architecture, langage, poétique, tout découlera désormais de ce magistral coup d’essai. Les amours mouvementées du vaillant Cadmus et de la fidèle Hermione marquent la naissance d’une institution et d’un genre qui imposeront leur singularité dans l’Europe musicale. Extrait vidéo, photographies du spectacle, entretien avec Benjamin Lazar, metteur en scène... (d'après www.opera-comique.com)

  • Tragédie en musique en un prologue et cinq actes de Jean Baptiste Lully. Poème de Philippe Quinault. Créé à Saint-Germain-en-Laye le 10 janvier 1676. Dès sa première, à la cour de Louis XIV comme le voulait l’usage, Atys fut surnommé « l’opéra du Roy ». On savait que le monarque, qui avait pris une part active à sa préparation, en fredonnait volontiers les airs. Atys se veut un pur divertissement mais ne porte pas moins une forte dimension politique présente dans la tragédie en musique au sein des prologues qui célèbrent le roi, et du choeur, symbole d’un peuple toujours uni autour du souverain. Le dossier pédagogique et le livret sont disponibles en ligne sur simple inscription et s'enrichiront petit à petit d'autres documents en accès libre. (d'après www.opera-comique.com)

  • Cette vidéo est consacrée au décryptage du trompe-l'oeil, ornant la coupole du Pavillon de L'Aurore du Parc de Sceaux (1673). S'y trouve représentée l'Aurore chassant la nuit au milieu d'un joyeux foisonnement de figures, animaux et symboles. Cette oeuvre, caractéristique de l'art officiel sous le règne de Louis XIV a été commandée par son plus fidèle serviteur, Colbert et réalisée par Charles Le Brun, premier peintre du roi. (Source : d'après http://canal-educatif.fr)