Les ressources suivantes pourraient également vous intéresser…

  • Le XIXe siècle pratiquait une sorte de rite aujourd'hui disparu, celui du portrait mortuaire. Masques, peintures, dessins ou photographies fixaient les traits de morts illustres mais aussi d'inconnus dont les familles gardaient ainsi le souvenir. Le musée d'Orsay présente quelque oeuvres de la fin du Moyen Age au XXe s., du masque mortuaire présumé de Battista Sforza, pris en 1472, à la photographie de Mère Teresa, morte à Calcutta en 1997. Il s'agit de montrer combien est ancienne la tradition de la "feinte", cette empreinte qui prenait la place du corps du défunt dans les funérailles.
    (www.musee-orsay.fr)

  • La Maison Jacques-Prévert d'Omonville-la-petite a réalisé une exposition ayant pour thème "Jacques Prévert et la photographie". L'exposition comporte cinq parties consacrées à la vie mondaine de Prévert, à ses différents portraits, à ses "détournements" (collages, coloriages, montages) ainsi qu'à ses collaborations avec Brassaï et Izis.

  • Le parcours de Roland Barthes (1915-1980) est celui d’une pensée critique singulière, dense et multiple, profondément investie dans son époque et s’en dégageant à la fois. A travers son œuvre, Roland Barthes questionne l’histoire, la mode, la littérature, la publicité, la photographie, la peinture, le théâtre …, pour en mettre à nu la structure et le sens. Cette partie du dossier du Centre Pompidou, réalisé à l'occasion de l'exposition consacrée à Roland Barthes, propose d'aborder le thème de l'écriture de soi à travers l'écriture autobiographique mais aussi la photographie.
    Des encadrés proposent des pistes de travail pour l'enseignant et sa classe.
    (d'après www.centrepompidou.fr)