Les ressources suivantes pourraient également vous intéresser…

  • <p>Qu'est-ce qu'une com&eacute;die musicale au cin&eacute;ma ? Un film o&ugrave; les personnages se mettent spontan&eacute;ment &agrave; chanter, danser ou jouer de la musique au milieu de l'action. La l&eacute;g&egrave;ret&eacute; des com&eacute;dies musicales a parfois &eacute;t&eacute; critiqu&eacute;e, n&eacute;anmoins ses personnages font advenir un monde r&ecirc;v&eacute;, utopique. Ce genre est n&eacute; aux &Eacute;tats-Unis en 1927, en m&ecirc;me temps que le cin&eacute;ma dit "parlant", avant d'inspirer d'autres pays; le syst&egrave;me hollywoodien en a favoris&eacute; l'&eacute;closion, et de nombreux cr&eacute;ateurs s'y sont distingu&eacute;s, &agrave; la recherche du spectacle total. (Philharmonie)</p>

  • Coproduit par le LUX (Scène nationale de Valence) et le Centre national de la Cinématographie, le site "Transmettre le cinéma" est un outil au service de la pédagogie du cinéma. Il propose ici une fiche très complète sur le film "King Kong" de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack (1933)rassemblant synopsis, étude de la mise en scène et pistes de travail pour les enseignants. Ce dossier permet aussi d'analyser une séquence du film grâce à un extrait de trois minutes disponible sur le site.
    L'étude de ce film pourra être l'occasion de mener en classe un travail de réflexion sur la société américaine pendant la dépression économique qui fait suite au crash de 1929.

  • La Renaissance a conféré aux songes une importance extraordinaire. Pour les philosophes, les théologiens, les médecins et les poètes des XVe et XVIe siècles, en rêvant, l’homme s’évade des contraintes de son corps et peut entrer en relation avec les puissances de l’Au-delà, divines ou maléfiques. Réunissant près de quatre-vingts œuvres d’artistes illustres de la Renaissance, de
    Jérôme Bosch à Véronèse, en passant par Dürer ou Le Corrège, l’exposition permet de découvrir cet âge d’or de la représentation du rêve et invite chacun à laisser libres les voies de son imagination et à s’abandonner aux troublantes images du rêve.
    (Musée du Luxembourg)