Les ressources suivantes pourraient également vous intéresser…

  • <p>Chagall explique : &laquo; Il faut faire chanter le dessin par la couleur, il faut faire comme Debussy &raquo;. Et c&rsquo;est au nom de cette qu&ecirc;te d&rsquo;un rapport fusionnel entre le musical et le plastique, que symbolise alors l&rsquo;&oelig;uvre de Chagall, qu&rsquo;Andr&eacute; Malraux invite le peintre &agrave; couronner la grande salle de l&rsquo;Op&eacute;ra de Paris. Car Chagall &eacute;tait un fin connaisseur de l&rsquo;op&eacute;ra et du ballet, ayant contribu&eacute; aux d&eacute;cors de costumes de plusieurs d&rsquo;entre eux, &agrave; New York puis &agrave; Paris : Aleko, L&rsquo;Oiseau de Feu, Daphnis et Chlo&eacute; et enfin La Fl&ucirc;te Enchant&eacute;e constituent autant de jalons d&rsquo;une passion intime pour l&rsquo;art et la musique. (Philharmonie - Cit&eacute; de la Musique)</p>

  • Le musée d'Orsay présente une console créée par l'artiste Albert-Ernest Carrier-Belleuse. L'hôtel parisien de la marquise de Païva, situé avenue des Champs-Elysées, constitue l'un des plus beaux exemples de l'architecture privée et de la décoration intérieure à l'apogée du Second Empire. Quatre consoles, entièrement faites de marbre et de bronze, qui rythmaient les murs du grand salon. Le plateau est supporté par deux atlantes, s'inspirant de modèles italiens du XVIIe s. La collaboration entre Carrier-Belleuse et le jeune Dalou fait hésiter sur l'attribution des atlantes au maître ou à son assistant. Mais le style raffiné de ces figures sensuelles et un peu maniérées évoque bien plus pourtant l'art souple et élégant de Carrier-Belleuse que les formes plus robustes de Dalou.
    (D'après www.musee-orsay.fr)

  • Les sculptures conservées à Meudon, et en partie seulement exposées, constituent ce que l'on appelle un "fonds d'atelier", c'est-à-dire l'ensemble des esquisses, études, maquettes, variantes, modèles originaux, qui furent soigneusement préservés par l'artiste tout au long de son existence et, dans le cas de Rodin, donnés par lui à l'État français en 1916.
    Les œuvres présentées permettent de se pencher sur les procédés de création de Rodin.
    (d'après www.musee-rodin.fr)