Les ressources suivantes pourraient également vous intéresser…

  • Le Jeu de Paume propose un portrait filmé de Harun Farocki et Rodney Graham à l'occasion d'une exposition qui confronte le regard de ces deux grands artistes contemporains. Farocki et Graham donnent chacun leur vision sur les différents concepts que soulève leurs oeuvres comme l'archive ou le non-verbal.
    Un lien vers le Petit Journal du Jeu de Paume donne accès à un article sur l'exposition et les oeuvres de Harun Farocki et Rodney Graham: http://www.jeudepaume.org/?page=document&idArt=827&idDoc=667
    (D'après www.jeudepaume.org)

  • Ce dossier du Centre Pompidou propose de découvrir deux créateurs peu connus du grand public. Les deux cinéastes se connaissaient, s’admiraient, s’étaient croisés à l’occasion de festivals mais ne s’étaient jamais parlé. Pourtant, une réelle parenté unissait leur cinéma.
    Le critique Alain Bergala a eu l’idée de leur proposer d’entretenir une correspondance, de s’écrire des lettres-films. C’est autour de cette correspondance que s’organise ce dossier qui aborde la relation entre ces deux hommes sous trois angles : l’un thématique (la correspondance), les deux autres esthétiques (la photo, les installations). Il est conçu pour fournir des clefs et inviter à la réflexion.
    (d'après www.centrepompidou.fr)

  • Tout au long d'un parcours dans les collections du Centre Pompidou, ce dossier expose comment la représentation du corps traverse le XXe siècle. De la révolution cubiste à l’art brut, en passant par Giacometti et Bacon on assiste à une véritable remise en cause de toute idée de beauté, de vraisemblance et de proportion. Puis disparaissant en tant qu’image, le corps devient perceptible sur la toile comme trace réelle de l’artiste à l’œuvre. Avec le body art, l'art corporel met en jeu le corps devenu lui-même support de l'œuvre. Enfin, la perception, la relation entre l'œuvre et le corps du spectateur devient le sujet principal d'œuvres où l'objet de la représentation a disparu.
    (d'après centrepompidou.fr)