Les ressources suivantes pourraient également vous intéresser…

  • Tragédie en musique en un prologue et cinq actes de Jean Baptiste Lully. Poème de Philippe Quinault. Créé à Saint-Germain-en-Laye le 10 janvier 1676. Dès sa première, à la cour de Louis XIV comme le voulait l’usage, Atys fut surnommé « l’opéra du Roy ». On savait que le monarque, qui avait pris une part active à sa préparation, en fredonnait volontiers les airs. Atys se veut un pur divertissement mais ne porte
    pas moins une forte dimension politique présente dans la tragédie en musique au sein des prologues qui célèbrent le roi, et du choeur,
    symbole d’un peuple toujours uni autour du souverain.
    Le dossier pédagogique et le livret sont disponibles en ligne sur simple inscription et s'enrichiront petit à petit d'autres documents en accès libre.
    (d'après www.opera-comique.com)

  • Ce dossier réalisé par le site "L'Histoire par l'image" présente la cantatrice italienne Giuditta Pasta qui joua des rôles masculins à l'opéra. Cette étude propose un contexte historique rappelant l'importance de Paris au XIXe s. où Giuditta Pasta fut acclamée comme la plus grande interprète de son temps. L'analyse d'une gravure, conservée à la Bnf, représentant Giuditta Pasta travesti en Roméo ainsi que son interprétation montrent comment Pasta a réussit à s'imposer dans des rôles masculins.
    (d'après www.histoire-image.fr)

  • Opéra-comique en trois actes de Daniel-François-Esprit Auber. Livret d’Eugène Scribe. Créé à l’Opéra Comique le 28 janvier 1830.
    L’histoire se déroule à Terracine, dans l’auberge de Mattéo, sur le point de marier sa fille Zerline à un riche fermier, au grand dam de son prétendant éconduit Lorenzo, commandant d’une troupe de carabiniers lancés à la poursuite de Fra Diavolo. Ce dernier, descendu à l’auberge sous l’identité d’un marquis, cherche à détrousser un couple de voyageurs anglais.
    (www.opera-comique.com)