Les ressources suivantes pourraient également vous intéresser…

  • Cézanne, qu'une légende tenace décrit comme « le Maître d'Aix » solitaire et retiré en Provence après quelques années « impressionnistes », ne s'est en réalité jamais éloigné de la capitale : entre 1861 et 1905, il n'a cessé d'y revenir et d'y séjourner. Le jeune homme ambitieux d'« étonner » Paris avec une pomme se confronte à la tradition et à la modernité incarnée par le Salon des
    Refusés auquel il participe en 1863. Il fréquente Pissarro, Guillaumin, Monet, Renoir, les
    réunions du café Guerbois et plus tard de la Nouvelle Athènes. Mais le Paris artistique ne se
    limite pas alors aux frontières de la capitale : les peintres investissent les campagnes
    environnantes et parcourent l'Ile-de-France pour peindre sur le motif.
    (Musée du Luxembourg)

  • Ce dossier du service éducatif du musée Fabre de Montpellier, à destination des enseignants et des élèves, propose de montrer comment le réalisme de Courbet est à l'origine de la modernité. Il aborde son rapport à la peinture ancienne, sa formation, ses influences de jeunesse ainsi que la question du réalisme contre l'Académisme et l'Idéalisme.
    (d'après http://museefabre.montpellier-agglo.com)

  • Après une présentation des critères sur lesquels se fondent ce que l'on a appelé l'impressionnisme, (impression, matérialité de la peinture, réalisme, indépendance), cette fiche de visite réalisée par le musée d'Orsay évoque les grands thèmes abordés par les artistes qui ont porté ce mouvement, plein air et paysage, vie moderne. Une proposition de visite autour d'une douzaine d'oeuvres, est présentée avec pour fil conducteur les huit premières expositions impressionnistes. Chaque oeuvre donne lieu à une présentation du sujet, du contexte, de la technique utilisée.
    (D'après www.musee-orsay.fr)