Les ressources suivantes pourraient également vous intéresser…

  • Ce dossier du Centre Pompidou conçu à partir de l’exposition "Yves Klein. Corps, couleur, immatériel" propose d’effectuer une relecture de l’œuvre de Klein. Couleur de la sensibilité, le bleu n’est en effet que l’une de celles qu’il utilise dans les Monochromes ou les autres œuvres de sa maturité, relayée par l’or, matière de la transaction et du passage vers l’immatériel, et le rose figurant la chair, le spirituel incarné.
    Le dossier est également disponible en anglais.
    (d'après www.centrepompidou.fr)

  • Tout au long d'un parcours dans les collections du Centre Pompidou, ce dossier expose comment la représentation du corps traverse le XXe siècle. De la révolution cubiste à l’art brut, en passant par Giacometti et Bacon on assiste à une véritable remise en cause de toute idée de beauté, de vraisemblance et de proportion. Puis disparaissant en tant qu’image, le corps devient perceptible sur la toile comme trace réelle de l’artiste à l’œuvre. Avec le body art, l'art corporel met en jeu le corps devenu lui-même support de l'œuvre. Enfin, la perception, la relation entre l'œuvre et le corps du spectateur devient le sujet principal d'œuvres où l'objet de la représentation a disparu.
    (d'après centrepompidou.fr)

  • D’abord soumis aux canons esthétiques, le corps représenté s’affranchit peu à peu des valeurs classiques. L’ère moderne marque une remise en cause de l’idéal de beauté se libérant même de la représentation. Dès lors, le corps est déformé, disloqué, stylisé, transformé, ébranlant la représentation picturale et sculpturale du XXème siècle. Au-delà même de la représentation le corps devient outil, trace et empreinte, l’artiste met en jeu son propre corps. Ce dossier à travers les œuvres de la collection permanente permet de suivre les mutations de ce sujet majeur de l’art du XXème siècle.