Les ressources suivantes pourraient également vous intéresser…

  • Le musée Guimet présente sa collection d’œuvres d'Asie du Sud-Est. Si la section consacrée aux arts de l’Asie du Sud-Est est particulièrement riche en ce qui concerne le Cambodge et le Vietnam indianisé (Champa), elle comporte également des oeuvres permettant d’offrir un large panorama sur les arts de la Thaïlande, de l’Indonésie, du Vietnam sinisé, ainsi que sur ceux de la Birmanie et du Laos. Cette présentation invite à découvrir, à travers seize exemples de sculptures, la richesse de cette collection. Chaque oeuvre, souvent exemple d'un des styles de cette région, est commentée et illustrée. Un glossaire apporte les définitions de quelques éléments clés pour comprendre cette collection. (D'après www.guimet.fr)

  • La section indienne du musée Guimet est constituée d’une part, de sculptures (terre cuite, pierre, bronze et bois) s’échelonnant du IIIe millénaire avant notre ère jusqu’aux XVIII-XIXe s. de notre ère, et d’autre part, de peintures mobiles ou miniatures, du XVe au XIXe s. Cette présentation invite à découvrir, à travers huit œuvres, la richesse de cette collection. Chaque œuvre est commentée et illustrée. Ces exemples montrent la diversité des styles à travers les différentes écoles qui jalonnent le pays. Un glossaire apporte les définitions de notions clés pour comprendre cette collection.
    (D'après www.guimet.fr)

  • Le musée Guimet présente sa collection d’œuvres afghanes et pakistanaises, le fonds du Gandhâra, art du schiste du nord-ouest de l’Inde, qui, pour la première fois, raconte la légende du Buddha et fixe l’iconographie désormais canonique. Cette présentation invite à découvrir à travers huit exemples la richesse de cette collection. Chaque oeuvre est illustrée et commentée. Ces sculptures témoignent d'une nouvelle représentation des divinités bouddhistes sous une forme humaine, alors que précédemment celles-ci n’apparaissaient que sous forme de symboles. Ces oeuvres montrent également l’influence des traditions hellénistiques en Asie centrale que l’on pense être la conséquence des conquêtes d’Alexandre le Grand. Un glossaire apporte les définitions de quelques éléments clés pour comprendre cet art.
    (D'après www.guimet.fr)