Les ressources suivantes pourraient également vous intéresser…

  • Depuis les années 80 en effet, Georges Rousse travaille dans des lieux abandonnés, condamnés soit à disparaître, soit à être réaffectés, et y réalise des peintures murales selon le principe de l’anamorphose. La vidéo associée présente tout le processus de création de l'oeuvre intitulée "Clermont-Ferrand" ainsi qu'une interview de l'artiste.
    (www.fracauvergne.com)

  • Ce dossier du Centre Pompidou propose, à travers un parcours des collections du Musée national d’art moderne, d'aborder la question de la représentation de l'espace, du début du siècle à nos jours.
    Diffracté (Cubisme), réduit à ses lignes de force ou à la couleur pure (Abstraction), cet espace représenté laisse la place, dans la deuxième moitié du 20e siècle, à l’espace présenté sous forme d’installations qui investissent l’espace vital du spectateur. Mettant en jeu sa relation à l’environnement, l’œuvre d’art se mesure aussi au lieu où elle s’expose, qu’il soit naturel ou muséal.
    (d'après www.centrepompidou.fr)

  • Tout au long d'un parcours dans les collections du Centre Pompidou, ce dossier expose comment la représentation du corps traverse le XXe siècle. De la révolution cubiste à l’art brut, en passant par Giacometti et Bacon on assiste à une véritable remise en cause de toute idée de beauté, de vraisemblance et de proportion. Puis disparaissant en tant qu’image, le corps devient perceptible sur la toile comme trace réelle de l’artiste à l’œuvre. Avec le body art, l'art corporel met en jeu le corps devenu lui-même support de l'œuvre. Enfin, la perception, la relation entre l'œuvre et le corps du spectateur devient le sujet principal d'œuvres où l'objet de la représentation a disparu.
    (d'après centrepompidou.fr)