Les ressources suivantes pourraient également vous intéresser…

  • Ce site de la BnF présente un voyage dans l'univers symbolique du rouge, guidé par Michel Pastoureau. Parallèlement, le couturier Christian Lacroix propose, au gré de ses goûts et de sa fantaisie, une visite guidée au fil d'une sélection de costumes pour la scène, issus des collections de la BnF, de l’Opéra national de Paris et de la Comédie-Française. Cette visite est complétée par des planches de dessins de costumes et décors de spectacles. Un dossier développe les différentes facettes du rouge et s'attache au thème du Petit Chaperon rouge. Cette exposition est également disponible en anglais.
    (D'après www.bnf.fr)

  • <p>Bleu, jaune, rouge dans l'art</p>
    <p>Depuis l&rsquo;Antiquit&eacute;, la nature et l&rsquo;origine de la couleur sont au c&oelig;ur de discussions entre philosophes et physiciens. Est-ce une mati&egrave;re ? Une fraction de la lumi&egrave;re ? Une perception ?</p>
    <p>C&rsquo;est Isaac Newton qui au d&eacute;but du XVII&egrave;me si&egrave;cle r&eacute;volutionne la connaissance du ph&eacute;nom&egrave;ne physique de la couleur. &Agrave; cette &eacute;poque appara&icirc;t le concept des trois couleurs primaires : le bleu, le jaune et le rouge sont des couleurs dites pures qu&rsquo;aucun m&eacute;lange pigmentaire ne peut produire.</p>
    <p>Aborder l'usage du bleu, du jaune et du rouge dans l'art, c'est op&eacute;rer un parcours parmi les &eacute;poques, les styles et les significations. Car rien n'est laiss&eacute; au hasard : ni la robe pourpre, ni le fond dor&eacute;, ni les visages bleut&eacute;s...</p>
    <p>Gr&acirc;ce &agrave; ce cours en ligne propos&eacute; par la Rmn-Grand Palais avec le soutien de la Fondation Orange, d&eacute;cryptez les significations parfois oubli&eacute;es de l'usage des 3 couleurs primaires au fil du temps !&nbsp;</p>

  • Le Musée de la Compagnie des Indes à Lorient propose une fiche richement illustrée sur l'exposition les cotonnades indiennes imprimées : « les indiennes ». A partir du XVIIe siècle, les agents des Compagnies des Indes découvrent ces tissus alors méconnus en Europe mais parfaitement maîtrisés par les artisans indiens.